Sélectionner une page

Avec la Bretzel Acoeur, l'Alsace devient l'otage du Grand Est !

A travers une pseudo-consultation bidonnée imposant la Bretzel Acoeur comme marqueur des plaques d’immatriculation, la Région Grand Est cherche en réalité à faire main-basse sur l’Alsace. Facile, puisque le logo Acoeur est propriété… du Grand Est ! Une situation inédite où une collectivité n’est pas propriétaire de son propre capital-image ! Un fabuleux moyen de pression entre les mains du Grand Est pour placer définitivement l’Alsace sous sa tutelle.

 

 

 

 

 

 

Découvrez

7 bonnes raisons

de voter pour le Rot un Wiss

Et convaincre autour de vous…

Découvrez

7 bonnes raisons

pour voter pour le Rot un Wiss

Et convaincre autour de vous…

De quoi s’agit-il ?

Dans le cadre de la création de la Collectivité européenne d’Alsace (CEA), un arrêté du 7 mai 2020 permet à ladite CeA de rejoindre les 13 Régions dans la liste des collectivités dont l’identifiant est autorisé officiellement. Autrement dit et bien que faisant toujours partie administrativement de la région Grand Est, les Alsaciens seront autorisés à apposer, sur les plaques d’immatriculation de leurs véhicules, un autre « marqueur » que celui représentant le Grand Est.

Pour déterminer ce marqueur, les conseils départementaux ont lancé, du 30 septembre 2020 au 1er novembre 2020, une consultation permettant de voter pour la Bretzel « Acoeur », l’ancien blason administratif ou le Rot un Wiss.

Résultat de cette consultation (en réalité, un simple sondage sans aucune valeur juridique) : les 53 000 votants ont, à 56,55 %, rejeté la Bretzel Acoeur ! C’est pourtant ce logo que les présidents des conseils départementaux ont, dès le 2 novembre, annoncé comme le futur marqueur des plaques d’immatriculation !

Une consultation pour masquer un choix bien antérieur

En réalité, le choix de la Bretzel Acoeur comme marqueur est bien antérieur à la consultation. La preuve ? Lors de l’examen, à l’Assemblée nationale le 25 juin… 2019 (!), de l’article 2 du projet de loi portant sur la compétence de la CeA en matière de tourisme, voici ce que disait, Éric Straumann, député (LR) du Haut-Rhin à propos du marqueur de la plaque d’immatriculation : « Nous souhaitons un grand symbole. Vous (le Gouvernement – Ndlr) avez accepté […] que nous puissions apposer sur les plaques d’immatriculation un symbole Alsace. Nous n’en avons pas encore discuté, mais il est probable que nous retiendrons le célèbre A cœur alsacien, de couleur rouge, qui symbolise l’Alsace, la maison alsacienne, la coiffe alsacienne…« . Fin de citation. 

Une probabilité devenue, depuis, un choix acté. Dès lors, pourquoi s’encombrer d’une consultation ? Pour faire croire que ce sont les Alsaciens eux-mêmes qui ont choisi la Bretzel Acoeur ! Sauf que patatras ! Les votants ont, à 55,56 %, rejetés ce choix ! Qu’à cela tienne : ce sera la Brezel Acoeur. Il est maintenant temps de s’interroger sur la décision farouche d’imposer la Bretzel Acoeur aux Alsaciens, contre la volonté d’une large majorité d’entre eux. La réponse est simple et dépasse largement le seul enjeu de la plaque d’immatriculation. 

La Bretzel Acoeur est la propriété de la Région Grand Est !

Hallucinant, non ? Nous voici donc avec une Bretzel Acoeur – en réalité, un logo de marque – censée symboliser l’Alsace mais qui n’appartient pas à la Collectivité européenne d’Alsace ; elle appartient à la Région Grand Est ! Autrement dit, le symbole de l’Alsace est la propriété collective des Aubois, des Ardennais, des Marnais, des Haut-Marnais, des Meurthe-et-Mosellans, des Meusiens, des Mosellans et des Vosgiens ! Et très accessoirement, des Alsaciens.

Car ne nous y trompons pas : le marqueur de la plaque d’immatriculation n’est que l’arbre qui cache la forêt. Une simple étape avant de faire de la Breztel Acoeur LE logo de l’Alsace ! Quelle autre collectivité que l’Alsace, quelle que soit sa taille, accepterait de ne pas être propriétaire de sa propre image ? La encore, la réponse est simple.

Main-basse du Grand Est sur l’Alsace

En tant que propriétaire de la Bretzel Acoeur, la région Grand Est dispose ainsi d’un fabuleux moyen de pression sur l’Alsace. Surtout lorsque ladite Bretzel Acoeur commencera à s’implanter dans le paysage, jusqu’à représenter, y compris à l’étranger, un véritable capital-image entre les mains du Grand Est. Avec le temps, il deviendra impossible de changer de logo, sauf à voir s’effondrer ce capital.

Une prise d’otage via l’image, sans doute inédite dans l’histoire des collectivités par sa dimension machiavélique, grâce à la duplicité des élu(e)s.

Pour contrer cette manoeuvre cynique, le peuple alsacien dispose pourtant d’un moyen très simple et légitime : imposer ses couleurs historiques, le Rot un Wiss !

L’Alsace, c’est le Rot un Wiss !

Le Rot un Wiss est le seul symbole à même de valoriser l’Alsace. Sa légitimité historique, incontestable, fait écho à la longue histoire qui a forgé notre identité. 

Mieux : le Rot un Wiss symbolise parfaitement l’esprit de résistance des Alsaciens qui refusent la disparition de leur statut de Région à part entière, stupidement dissoute dans une grotesque Région Grand Est rejetée à plus de 83 % des Alsaciennes et des Alsaciens. Le Rot un Wiss est une création spontanée – il était à l’origine souvent fabriqué à la maison – adopté par le peuple et pour le peuple, sans qu’il n’ait été imposé par aucune autorité.

Seul le Rot un Wiss atteste de la volonté affirmée des Alsaciennes et des Alsaciens de créer une Alsace nouvelle et de (dé)montrer que la future Collectivité européenne d’Alsace n’est pas conçue pour végéter éternellement dans le Grand Est. Adopter le Rot un Wiss est le seul moyen d’affirmer et de crédibiliser les ambitions des Alsaciennes et des Alsaciens de retrouver une Région Alsace digne de les représenter dans leur profondeur historique, sociologique et géographique.

Accepter la Bretzel Acoeur, c’est accepter le Grand Est !

Refuser le Grand Est, c’est imposer le Rot un Wiss